SAGE vie-jaunay
 ok
vie-jaunay-zoom-plus vie-jaunay-zoom-moins
Accueil > Quoi > La gestion qualitative de l'eau

La gestion qualitative de l'eau

Les problématiques pour la gestion de l'eau qualitative sur le bassin versant de la Vie et du Jaunay sont multiples mais elles sont étroitement liées au phénomène de comportement trop rapide du territoire.


En effet, les seuls éléments naturels nous permettant de conserver l'eau dans le bassin versant et sa bonne qualité sont les espaces tampons et les filtres naturels, tel que les zones humides, les zones inondables, la nappe alluviale, les ripisylves et les haies bocagères.

Or ces milieux ont été négligés voire détruits amenant une plus grande vulnérabilité de la ressource en eau aux pollutions liées aux activités humaines (matière organique, nitrates, phosphates et pesticides) .

Le résultat de cette destruction des milieux naturels est une dégradation de la qualité de l'eau et une évacuation des eaux trop rapide vers la mer.

 

En fonction de la sectorisation des usages sur le bassin versant, il apparaît que les principaux enjeux qualitatifs sont liés :

- à la présence de nitrates et de pesticides dans les retenues d'eau potable,

- à la problématique eutrophisation sur les retenues et les marais doux,
- à la qualité bactériologique des eaux sur le littoral.


* Eutrophisation


L'eutrophisation, développement excessif de phytoplancton dans les eaux, est susceptible de perturber gravement :
- les filières de traitement d'eau potable,
- la vie piscicole (au sein des retenues et des marais doux).
Sur le bassin versant, l'eutrophisation du milieu est à mettre en lien, d'une part avec les apports en nutriments (N - P) du bassin versant, mais également avec les aménagements hydrauliques du bassin versant, qui conduisent à favoriser la stagnation et le réchauffement des eaux favorables aux développements algaux (retenues - marais - plan d'eau des Vallées ...).


* Pesticides


La présence de phytosanitaire dans les eaux potabilisables conduit à la mise en place de filières de traitement spécifique (filtres à charbon actif) sur les usines de production d'eau potable.
Les actions engagées sur les bassins versants des retenues ont conduit à réduire les apports d'origine agricole. Il convient désormais de compléter ces actions par un travail de sensibilisation et d'actions préventives sur l'utilisation des pesticides orientés vers les particuliers et les collectivités.
Le SDAGE Loire Bretagne a fixé des objectifs qualitatifs à respecter sur le point nodal (point de référence de qualité) de la Vie. Les concentrations actuellement observées ne respectent pas les objectifs fixés.

 

* Nitrates

 

La réduction des nitrates est un enjeu majeur pour les retenues vouées à la production d'eau potable. En effet, un litre d'eau potable ne doit pas contenir plus 50mg de nitrates. En l'absence de moyens de traitement, il faut donc réduire considérablement les flux parvenant dans les retenues. Rappelons que les nitrates sont facilement lessivables et entrainés dans les eaux en cas de pluies importantes.

 

 

* Bactériologie


Les usages baignade, nombreux sur le littoral, sont conditionnés par la qualité bactériologique des eaux. Les contaminations bactériologiques ont classiquement pour origine des pollutions de proximité. La récente restructuration de la station d'épuration de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, sur laquelle un traitement spécifique de la bactériologie est opéré, contribue à la protection du littoral au regard de ce paramètre. La problématique bactériologie ne semble pas être un des enjeux majeurs du SAGE.
La baignade autorisée sur la retenue d'Apremont est plus menacée par le développement des cyanobactéries (retour à la problématique d'eutrophisation) que par des contaminations bactériologiques potentielles.

 

Pour les acteurs locaux


La qualité de l'eau représente l'enjeu second du SAGE, avec des problèmes recensés tout le long des cours d'eau, liés aux usages.
Le suivi qualité, très développé à l'amont des retenues, est inexistant à l'aval.
Des opérations de reconquète de la qualité de l'eau existent depuis plusieurs années à l'amont (programme Vie Mieux, programmes EVE Apremont et Jaunay).
L'extension des zones de maraéchage pose localement problème pour la production d'eau potable ; la dégradation de la qualité de la ressource des captages de Villeneuve est notamment constatée par le plus grand nombre.
Les rejets sont importants par rapport à la faiblesse de débit des exutoires.
La dimension littorale est peu prise en compte.